Vous êtes ici » Accueil » Les autres techniques de rajeunissement du visage » Risques de la chirurgie esthétique : le peeling chimique au phénol, un retour pour le pire !
Les autres techniques de rajeunissement du visage

Risques de la chirurgie esthétique : le peeling chimique au phénol, un retour pour le pire !

21 juillet 2016

Le peeling au phénol connaît ces derniers mois un succès croissant alors qu’il avait été abandonné à la fin des années 80 à cause de sa dangerosité et des ravages qu’il provoquait. Se présentant soi-disant sous la forme d’un protocole novateur censé limiter les accidents et les dérives constatés par le passé, il permettrait de rajeunir les personnes de 10 ou 15 ans, rien que ça…Si les partisans de la chirurgie esthétique proposent aujourd’hui le peeling chimique au phénol atténué comme le traitement antivieillissement le plus efficace du marché, il expose encore à des risques sérieux pour l’homme et peut laisser des séquelles indélébiles sur le visage et… dans les esprits.

Le peeling au phénol : méthode, déroulement et coût de l’intervention

Les risques du peeling chimique au phénol

Une nouvelle version 30 ans après…

Disparition des rides et ridules, tonification complète de la peau, lissage, gommage efficace, renouvellement total de l’épiderme, formation de fibres élastiques jeunes et nombreuses : l’argumentaire de la brochure vantant les atouts du peeling chimique au phénol est souvent attrayant mais dans les faits, cette technique de chirurgie esthétique n’est pas sans risque. Intéressons-nous d’abord à la méthode.

Hypochromie, achromie, cicatrices indélébiles et autres effets secondaires

Le peeling chimique profond contre le vieillissement n’est pas nouveau. Et les personnes qui ont fait le choix de le subir il y a une trentaine d’années s’en souviennent probablement malheureusement encore. Ce remède de lutte antiride a dans son temps fait couler beaucoup d’encre et porté à la connaissance du grand public les notions d’hypochromie (diminution de la pigmentation), d’achromie (disparition complète de la pigmentation), d’intolérance solaire définitive, de cicatrices indélébiles, d’accidents cardiaques et pulmonaires… La liste est encore longue !

Peeling chimique au phénol : la V2 !

Le peeling chimique au phénol revient donc dans une nouvelle version, recomposée et atténuée. Il apparaît aujourd’hui sous le nom des marques Exopeel et Exoderm et ses effets sont paraît-il totalement maîtrisés. L’application de phénol tamponné sur la peau du visage est indiquée dans le traitement :

  • des rides, ridules et du relâchement cutané ;
  • des cicatrices d’acné, de varicelle ou de traumatismes divers ;
  • des taches pigmentaires (brunes) résistantes.

Préparation

Traitement « pré-peeling »

Pour la réalisation sans risque (ou presque !) de cet acte de chirurgie esthétique bien plus lourd et dangereux qu’il n’y paraît, une perméabilité homogène et totale de la peau est indispensable. Elle est obtenue en appliquant matin et soir, pendant 2 à 3 semaines, à la maison, des produits « pré-peeling » à base d’acide glycolique et d’acide rétinoïque.

Anesthésie

Passée cette étape fastidieuse, l’acte chirurgical est réalisé au bloc opératoire, sous neuroleptanalgésie ou anesthésie locale. L’objectif est d’atténuer la douleur très vive après l’application du peeling chimique. L’intervention dure de 1 h à 1 h 30.

Hospitalisation

La prise en charge par un service d’hospitalisation temporaire est une nécessité (24 heures en moyenne.) Sans oublier qu’une consultation de pré-anesthésie, un bilan sanguin et un électrocardiogramme auront au préalable été réalisés, de même qu’un formulaire de consentement daté et signé par le patient.

Coût du peeling chimique au phénol

Le prix du peeling chimique du visage au phénol varie autour de 3 000 euros. Il comprend quand même les frais d’hospitalisation, de bloc opératoire et d’anesthésie ainsi que ceux liés aux consultations de suivi pendant la première semaine de convalescence.

Une chirurgie esthétique risquée

Indépendamment de son coût élevé, le peeling au phénol est souvent considéré par de nombreux spécialistes comme « la Rolls des traitements esthétiques et antirides. » Cependant, à l’instar des autres opérations de chirurgie esthétique, il n’en présente pas moins de nombreux risques pour la santé et se situe très loin des techniques mini-invasives.

Suites opératoires et risques de l’acte de chirurgie esthétique

Une opération très douloureuse et astreignante

Dès la fin du protocole de traitement, un masque de sparadrap occlusif vient recouvrir le visage afin d’amplifier l’effet du phénol et surtout de protéger la peau, à vif, de toute contamination extérieure. Il sera retiré au bout de 24 heures.

48 heures sous haute surveillance

Vous ne devez jamais vous trouver seul(e) pendant 48 heures au moins, au cas où vous feriez un malaise ou une attaque cardiaque, si, si…

Il est par ailleurs très important de respecter scrupuleusement les consignes post-opératoires :

  • ne pas manger en mastiquant (donc obligation de s’alimenter avec de la nourriture liquide),
  • ne pas fumer,
  • ne pas parler,
  • ne pas bouger le visage.

Des antalgiques et des calmants sont prescrits afin de soulager la douleur au maximum…

15 jours d’éviction sociale

Après retrait du premier masque, la peau est soigneusement nettoyée et inspectée par le chirurgien, qui peut pratiquer quelques retouches. Une poudre jaune désinfectante est ensuite appliquée et forme une nouvelle protection (masque) en vue de faciliter la cicatrisation et la restructuration de la peau, ou du moins de ce qu’il en reste.

Ce deuxième masque est ôté au bout d’une semaine à l’aide d’une crème post-peeling à la vaseline, qui détruit son adhérence de manière progressive. La peau apparaît alors, rose-rouge, lisse, brillante et très sensible, comme après une brûlure de coup de soleil de troisième degré.

3 mois sans soleil

Après ce lifting qui n’a vraiment rien de naturel, une éviction sociale de 15 jours au minimum est nécessaire. Interdiction d’aller au soleil pendant 3 mois, si tout s’est bien passé…

Le peeling chimique du visage au phénol du 21e siècle n’a malheureusement rien à envier à son prédécesseur. Il illustre à lui tout seul la plupart des risques liés à une intervention de chirurgie esthétique.

Effets secondaires, complications et risques de la chirurgie esthétique au phénol

À tel point que l’avant et l’après peeling chimique font parfois regretter la décision prise… Quelles sont donc les principales conséquences néfastes et risques fréquents observés à l’issue d’une chirurgie esthétique pratiquée sous forme de peeling au phénol ?

Ils sont tellement nombreux et effroyables que nous vous en livrons seulement quelques uns :

  • brûlure vive (très intense pendant 20 secondes) et continue due à la dermabrasion ;
  • peau rouge pendant de longues semaines ;
  • œdème persistant (plusieurs mois) ;
  • risque infectieux (virus, bactéries) élevé (prise d’antibiotiques obligatoire)
  • démangeaisons intenses ;
  • dyschromie (zones de pigmentation inhomogènes) non rattrapable ;
  • dépigmentation définitive ;
  • cicatrisation anarchique et défigurante ;
  • etc.

En cas de dommages profonds, les recours à votre disposition n’ont que très peu de chances d’aboutir en raison de la décharge que vous aurez signée avant l’opération.

Il existe des contre-indications au peeling chimique au phénol, comme d’ailleurs au peeling laser et à l’acide glycolique : diabète grave, cardiopathie, néphropathie, hépatopathie, éruptions cutanées actives (acné, herpès), peaux très foncées et noires… Devant les risques importants de ce type de chirurgie esthétique, la meilleure solution consiste sans aucun doute à se tourner vers les méthodes naturelles de massage et de modelage du visage, qu’en pensez-vous ?

Faire un commentaire

↑ Remonter