Vous êtes ici » Accueil » Les risques de la chirurgie esthétique » Dérives de la chirurgie esthétique : à cause d’une rhinoplastie ratée, un homme tue son médecin
Les risques de la chirurgie esthétique

Dérives de la chirurgie esthétique : à cause d’une rhinoplastie ratée, un homme tue son médecin

15 septembre 2015

Un chirurgien esthétique tué par un patient mécontent : c’est le terrible drame qui s’est déroulé lundi 7 septembre à Saint-Pétersbourg, en Russie. Estimant sa rhinoplastie ratée, un homme a abattu son praticien puis retourné l’arme contre lui. Quand la folie des hommes illustre les dérives de la chirurgie esthétique grandeur nature…

Les dérives de la chirurgie esthétique au centre d’une actualité effroyable

Les dérives de la chirurgie esthétique au centre d'un fait divers effroyable

Drame en Russie

C’est un fait divers tragique qui s’est déroulé au début du mois en Russie, à Saint-Pétersbourg.

Mécontent du résultat de plusieurs opérations de chirurgie esthétique, d’une rhinoplastie ratée en particulier, un homme russe de 34 ans a assassiné son chirurgien plastique avant de se suicider, selon les informations transmises par le parquet de la ville russe.

Si cet acte imprévisible est d’abord imputable à la folie d’un homme visiblement déséquilibré, ce terrible événement est également à mettre en rapport avec les dérives croissantes de la chirurgie esthétique. Depuis quelques années, on ne compte plus les opérations aux conséquences fâcheuses, qu’elles concernent les stars de cinéma et de la télé ou les quidams fondus dans la masse.

Une rhinoplastie ratée aux conséquences tragiques

Âgé de 34 ans, Iouri Lebedev n’en était pourtant pas à sa première intervention de chirurgie esthétique, malgré les dérives risquées de cette pratique.

Furieux du résultat d’une nouvelle opération qu’il venait de subir, une rhinoplastie qu’il jugeait ratée, le Pétersbourgeois a pénétré dans l’hôpital où exerçait son chirurgien, armé d’un fusil dissimulé dans un torchon.

Après être entré dans le cabinet du docteur Alexandre Remizov, il lui a tiré dessus à bout portant avant de se suicider. Touché à la poitrine, le médecin est décédé le lendemain des suites de ses blessures.

Rhinoplastie ratée et désordres psychologiques

Le boom des pratiques de la chirurgie esthétique et ses dérives

Une chose est certaine : la chirurgie esthétique cause de plus en plus de désarroi et de malheur chez les personnes qui en abusent. Ses dérives sont de plus en plus palpables et il ne se passe pas une semaine sans qu’un fait divers ne vienne étayer ce constat.

Si la pratique de la retouche artificielle relève avant tout du désir d’une population majoritairement féminine, les hommes ne sont pas épargnés par ce phénomène en vogue. Injections de Botox, d’acide hyaluronique, lifting cervico-facial : l’arsenal des techniques de chirurgie esthétique actuellement les plus prisées ne font pas fuir la virilité de la gent masculine, loin de là !

Iouri Lebedev en était le parfait exemple, lui qui avait subi de nombreuses interventions chirurgicales depuis 2011, notamment au niveau du nez, déjà, et des oreilles. Mais sa dernière intervention au nez aura été celle de trop, sa rhinoplastie ratée étant l’une des causes à l’origine de ce fait divers épouvantable.

Problèmes psychologiques

Qui aurait pu prévoir un tel drame ? Personne, sans doute. Même si le patient, ancien officier de marine sur un sous-marin pendant presque 10 ans, semblait éprouver des difficultés dans sa vie sentimentale.

Un site d’information russe croit savoir que Iouri Lebedev imputait même ses problèmes à une apparence physique qu’il jugeait disgracieuse.

Cherchant probablement une porte de sortie à son mal-être dans une pratique dérivante de la chirurgie esthétique, il aurait transféré sa rage incontrôlée sur son malheureux praticien, jugé coupable de l’enfer psychologique dont il ne parvenait à s’extraire.

Menant son investigation, la police a retrouvé chez l’assassin une série de lettres que lui avait adressées son médecin en réponse à une procédure que Lebedev avait entamé afin de faire prouver la mauvaise qualité des soins. Dans l’une d’elles, il lui conseillait d’aller « voir un psychiatre »Dérives de la chirurgie esthétique, certes, mais histoire de fou, avant tout.


Faire un commentaire

↑ Remonter