Vous êtes ici » Accueil » Les risques de la chirurgie esthétique » Injections de Botox : les hommes n’ont plus peur des dangers de la chirurgie esthétique
Les risques de la chirurgie esthétique

Injections de Botox : les hommes n’ont plus peur des dangers de la chirurgie esthétique

1er octobre 2015

Malgré les dangers et les risques potentiels que représente la chirurgie esthétique, la population masculine ne cache plus son attrait pour la pratique. Les hommes sont ainsi de plus en plus nombreux à avoir recours aux injections de Botox, confirmant la dynamique d’un marché rôdé aux techniques de marketing les plus efficaces. Explications d’un phénomène récent qui semble en pleine expansion.

Le boom des injections de Botox chez les hommes

Les dangers de la chirurgie esthétique chez les hommes

Les hommes, nouveaux accros aux injections de Botox

Malgré les risques et les dangers qu’il représente, le secteur de la chirurgie esthétique se porte bien, c’est le moins que l’on puisse dire au regard des chiffres parus récemment. Jusque- là principalement apanage de la population féminine, la pratique de la retouche artificielle doit en partie sa vitalité aux hommes, qui ne rechignent pas devant les injections diverses, notamment celles de Botox.

En effet, d’après une étude de l’Association américaine des chirurgiens esthétiques, les injections de Botox chez les hommes ont progressé de 337 % depuis l’année 2000 ! En 2014, la hausse du recours à la seringue est même supérieure au sein de la gent masculine. Près de 411 000 interventions ont été pratiquées au États-Unis lors de cette même année chez les hommes, faisant du Botox l’opération de médecine esthétique masculine la plus pratiquée.

Cette croissance faramineuse et ce phénomène nouveau se propagent aujourd’hui en France, où l’augmentation des injections de Botox effectuées sur la population masculine est également bien réelle. Comme leurs comparses féminines, ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à faire appel à la toxine botulique sur le sol hexagonal. Cette tendance progressive se traduit par des chiffres significatifs. La part des hommes adeptes des injections de Botox est passée de 10% à plus de 30% dans le recensement total des interventions.

Pression sociale

Les hommes âgés de 40 à 60 ans sont les plus nombreux à recourir aux injections de Botox parmi la population masculine. S’ils démarrent plus tard que les femmes (chez qui la première injection de Botox intervient entre 20 et 30 ans), ils sont très demandeurs en la matière et l’appel à la chirurgie esthétique, pratique non sans danger, est beaucoup plus fréquent chez eux qu’il y a à peine une décennie.

L’importance donnée à l’apparence dans la société moderne et les codes en vigueur qui font du jeunisme un référentiel récurrent dans de nombreuses branches professionnelles constituent une première source d’explication au phénomène.

Certains sociologues avancent aussi cet argument de la pression professionnelle pour étayer leur raisonnement. En plus de la pratique sportive, également en hausse, qui vise à renforcer la résistance physique et une allure dynamique, nombre d’hommes n’hésitent pas à recourir aux injections de Botox. Leur but vise probablement à gommer au maximum les marques du temps s’inscrivant de façon manifeste sur leur visage.

Bien qu’il existe aujourd’hui d’autres moyens naturels de paraître toujours aussi jeune et de détoxifier l’organisme, parmi lesquels une alimentation équilibrée, le lifting naturel, les soins holistiques ou la pratique d’exercices de détente faciale, les injections de Botox tiennent le haut du podium des pratiques de chirurgie esthétique devant la blépharoplastie et la rhinoplastie.

La gent masculine face aux dangers de la chirurgie esthétique

La tendance "Brotox", nouvelle menace

Une nouvelle tendance se dégage même sur le marché des injections : celle du Brotox. Contraction des mots Brother (frère en anglais) et Botox, le Brotox n’est autre qu’une stratégie marketing mise au point par les laboratoires pharmaceutiques américains.

Devant l’engouement des hommes pour les injections de Botox, les industriels du pays de l’Oncle Sam ont décidé de cibler encore davantage cette clientèle en accompagnant les actes médicaux par toute une gamme de produits cosmétiques censés rajeunir le visage !

Selon l’analyse des spécialistes, si les femmes représentent toujours une large majorité de la demande des produits cosmétiques appelés à dissimuler le vieillissement de la peau, ces derniers sont en train de devenir une obsession chez les hommes.

Grâce à la stratégie du Brotox – injection de Botox + produits cosmétiques – les professionnels US de la cosmétique entendent faire progresser la niche des produits de beauté pour hommes de 20 à 25% sur le court terme. Certaines enseignes proposeraient même des chèques cadeaux donnant droit à une petite injection de Botox en échange de l’achat de leurs cosmétiques…

Ces chiffres ne paraissent pas utopiques dans la mesure où les hommes sont de plus en plus friands des traitements de la peau non chirurgicaux, tel le peeling au laser, malgré les dérives et les dangers de cette autre pratique de chirurgie esthétique très en vogue.

L’obsession du « paraître plus jeune » face aux dangers de la chirurgie esthétique

Les défenseurs américains de la retouche artificielle sont donc prêts à aller très loin pour étancher leur soif de dollars, hélas souvent au mépris de leurs concitoyens pour qui la chirurgie esthétique représente pourtant un danger potentiel.

Rappelons que, si les injections antirides de Botox ou d’acide hyaluronique prennent de l’ampleur auprès de la gent masculine, leurs effets secondaires sont bien souvent catastrophiques et parfois irréversibles.

Par son action paralysante des muscles, le Botox injecté dans le visage empêche sa contraction et la formation des rides d’expression. Les risques sur la perte d’identité et le regard des autres sont alors bien réels.

Ses effets sur le long terme sont en outre peu concluants et son prix souvent très élevé : de 400 à 600 euros la séance.

Aujourd’hui, les hommes représentent 13 % du marché esthétique du visage. Malgré les dangers de la chirurgie esthétique, en général, et de la toxine botulique, en particulier, le docteur Jeremy Hunt porte-parole de l’Australian Society of Plastic Surgery est affirmatif : l’engouement des hommes pour les injections de Botox va continuer à s’amplifier. Le secteur gagnerait même près de 10% de clients masculins supplémentaires chaque année, tous pays confondus.

Faire un commentaire

↑ Remonter