Vous êtes ici » Accueil » Les risques de la chirurgie esthétique » Les dérives de la chirurgie esthétique illustrées par deux sosies de Ken !
Les risques de la chirurgie esthétique

Les dérives de la chirurgie esthétique illustrées par deux sosies de Ken !

26 juin 2015

Dans l’univers onirique des poupées mannequins pour enfants, Ken est le petit ami de la célèbre Barbie. Accrocs à la chirurgie esthétique, un Brésilien et un Américain ont décidé d’adopter les traits de leur modèle et de s’afficher comme les sosies de Ken… Mais personne n’a visiblement prévenu ces deux jeunes hommes que, dans notre monde, vouloir se transformer en poupée se révèle impossible ! Voici les trajectoires de deux victimes consentantes qui illustrent, malheureusement pour elles, les dérives de la chirurgie esthétique.

Barbie à l’origine de nouvelles dérives de la chirurgie esthétique

Sosie de Ken : les dérives de la chirurgie esthétique

Un sosie de Ken humain !

Justin Jedlica est New Yorkais. Il a 34 ans et revendique le titre de « drogué n°1 à la chirurgie esthétique dans le monde ! » Un statut qui n’a rien d’honorifique mais qui semble plutôt légitime quand on sait que cet Américain a déjà subi, depuis sa majorité, pas moins de 191 opérations...

L’objectif de Jedlica est clair : devenir un clone vivant d’une poupée pour enfants, plus précisément le sosie de Ken, le petit ami de Barbie…

Si un tel comportement a de quoi laisser perplexe et circonspect, Jedlica ne semble pas se rendre compte de la douce folie qui l’a envahi. Cet accro du bistouri a dépensé pas moins de 210 000 euros en une quinzaine d’années, somme réglée par son ex-mari, un millionnaire avec lequel il vient de rompre.

Après avoir modifié son nez, ses lèvres, ses pommettes, ses yeux et la moitié de son corps, Justin Jedlica ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il souhaite désormais s’attaquer à son dos : les dérives de la chirurgie esthétique ne connaissent pas de limites.

Perfectionniste, ce sosie de Ken a en effet décidé de se faire implanter des muscles saillants à l’arrière du corps.

Un projet d’entreprise spécialisée dans les implants

À 18 ans déjà, mal à l’aise à cause de son nez, Jedlica s’était servi de son premier salaire pour s’offrir une première opération de chirurgie esthétique.

Les dérives entrainées par l’addiction sont vite apparues et le jeune homme ne s’est depuis plus arrêté. Rejeté par sa famille, du fait de son homosexualité, assure un proche, il a compensé son mal-être par des injections de botox et la pose d’implants.

Les critiques dont il est victime ne semblent pas avoir de prise sur lui, qui se dit très fier du résultat ; surtout de la pose de ses derniers implants dans le dos. Le New Yorkais a lui-même dessiné et fabriqué chaque pièce afin d’être sûr qu’elle corresponde parfaitement à la poupée en plastique. Il peut ainsi revendiquer le titre officiel de sosie de Ken !

Cette opération inédite a même été filmée pour l’émission de téléréalité "Botched" : les chaînes de télévision n’hésitant pas à profiter aujourd’hui du boom de la chirurgie esthétique, malgré les dérives inhérentes à la pratique.

Celui qui se considère pionnier de la chirurgie esthétique, rebelle et anticonformiste, plutôt que bête de foire, envisage même de créer prochainement une société d’implants. Même si, pour l’instant, il se contente d’expérimenter ses idées sur son propre corps : « J’adore essayer de repousser les limites. Je ne m’arrêterai pas tant que je ne serai pas 100% plastique ! » Ironie ? Sans doute pas.

Un autre sosie de Ken !

L’argent ? Pas un problème !

Agé de 30 ans, Rodrigo Alves est lui aussi en passe de devenir une star médiatique. Il a également eu recours à plusieurs dizaines d’interventions de chirurgie esthétique. Ce Brésilien partage un point commun avec Justin Jedlica : il souhaite de même devenir le sosie de Ken. Et sans doute le compagnon de Barbie…

Rodrigo Alves illustre à son tour les dérives de la chirurgie esthétique : il a déjà dépensé plus de 100 000 euros pour obtenir ce résultat extravagant. Et qu’importe si l’éclatement d’une prothèse a bien failli lui coûter la vie…

Il faut dire que l’argent ne semble poser de problème pour ce jeune homme peu préoccupé par les soucis matériels. De Londres à Las Vegas, en passant par Dubaï, ce deuxième sosie de Ken mène une vie hors normes.

Le souci concerne davantage l’équilibre mental de ce trentenaire qui a déjà subi de multiples interventions importantes, de la tête aux pieds.

Au palmarès d’Alves, liposuccions sur différentes parties du corps, injections de collagène et pose de divers implants !

Troubles psychiques et dérives de la chirurgie esthétique

Les destinées de ces deux sosies de Ken peuvent être mises en parallèle, notamment leurs comportements hors normes qui peuvent être expliqués par un mauvais équilibre psychique.

Si les événements de la vie semblent être à l’origine des troubles de Justin Jedlica, ceux de Rodrigo Alves sont probablement à mettre sur le compte d’une pathologie mal cernée, et surtout mal soignée.

Atteint de dysmorphie corporelle, un trouble obsessionnel compulsif (TOC) qui se caractérise par une préoccupation envahissante de l’apparence physique, Rodrigo Alves n’a pas hésité à métamorphoser son corps afin de se sentir mieux.

Malgré les dérives de la chirurgie esthétique, celui qui souffrait depuis l’enfance a probablement trouvé dans la retouche physique artificielle de quoi apaiser sa douleur. Au grand plaisir des chaînes de télévision sur les plateaux desquelles Alves est régulièrement invité. Et pour le plus grand bonheur des milliers d’abonnés à ses différents profils sur les réseaux sociaux. Dans l’histoire, les plus grands malades ne sont peut-être pas ceux que l’on croit.


Faire un commentaire

↑ Remonter