Vous êtes ici » Accueil » Les risques de la chirurgie esthétique » Quand la chirurgie esthétique fait perdre la tête : les risques illustrés par une famille anglaise
Les risques de la chirurgie esthétique

Quand la chirurgie esthétique fait perdre la tête : les risques illustrés par une famille anglaise

24 novembre 2016

Fan de la chanteuse Katie Price, une mère et sa fille ont décidé d’avoir recours à la retouche artificielle en vue de ressembler à leur idole, hélas pour elles davantage pour le pire que pour le meilleur. Depuis la révélation de leur mésaventure il y a un peu plus d’un an, leur histoire hors du commun n’en finit plus de créer le buzz. Et interpelle une nouvelle fois sur les risques que laissent planer les interventions de chirurgie esthétique.

Lifting, Botox, injections et autres actes risqués de chirurgie esthétique pour ressembler à Katie Price

Une mère et sa fille illustrent les risques de la chirurgie esthétique

Prêtes à tout pour ressembler à une célébrité !

Nous sommes en 2013. Georgina, 39 ans et sa fille Kayla, 21 ans, sont toutes les deux de très grandes admiratrices de la chanteuse et star de télé-réalité anglaise Katie Price. Au point de désirer lui ressembler le plus possible… Katie Price n’étant pas en modèle de beauté au naturel, les trois femmes auront au moins un point en commun !

C’est dans un documentaire de la chaîne de télévision News Dog Media que les deux femmes ont accepté de raconter leur passion dévorante pour la star, au point d’y consacrer leur vie, leurs économies et leur physique pour l’assouvir.

En quelques années, elles ont eu recours à de nombreuses opérations de chirurgie esthétique, visiblement inconscientes des dommages potentiels et des risques de la pratique : injections de Botox et d’acide hyaluronique, lipoplastie, blanchiment des dents, bronzage, rajouts capillaires, liftings, rhinoplastie, augmentation mammaire, etc.

Les risques de la chirurgie esthétique, Georgina et Kayla ne connaissent pas !

Cette obsession qui unit les deux femmes remonte à la petite enfance de Kayla, qui a été fascinée par Katie Price dès l’âge de 10 ans. La mère lui emboîte le pas et, quelques années plus tard, toutes deux décident de programmer leur première intervention de chirurgie esthétique, faisant fi des risques et dangers de la pratique.

Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore : « Ma mère, c’est comme ma meilleure amie et la chirurgie nous rapproche. À chaque fois que nous passons sur le billard, on ressemble un peu plus à Katie », a récemment déclaré Kayla au Sun.

Malheureusement, en chirurgie esthétique les risques sont bien présents et les résultats souvent éloignés des espérances initiales…

26 opérations plus tard…

La démesure à outrance

Dans cette affaire, le plus regrettable est probablement que la mère et la fille, malgré les résultats peu convaincants des opérations risquées de chirurgie esthétique qu’elles ont déjà subies, ne semblent pas décidées à s’arrêter ! Georgina confiait ainsi récemment : « Nous voulons des plus gros seins, des plus grosses fesses et des plus grosses lèvres. Nous avons hâte de nous faire opérer. Nous voulons que ce soit énorme. »

Énorme comme cette triste histoire qui n’a finalement rien de banal et tend même à devenir monnaie courante dans une société en manque de repères, où règne la loi de l’apparence et de la superficialité. Les expériences épouvantables subies ces dernières années par cette présentatrice de télévision bosniaque à succès ou ce jeune Anglais voulant à tout prix prendre l’apparence de la bimbo Kim Kardashian, l’illustrent malheureusement de manière concrète.

Et les finances dans tout ça ?

Pour parvenir à leurs fins, Georgina et Kayla n’ont pas lésiné sur les moyens. Elles ont déjà tout bonnement dépensé la somme de 76 000 euros en deux ans… pour un résultat qui prête à discussion, c’est le moins que l’on puisse dire !

Leur bourse n’étant pas extensible à l’infini, elles ont trouvé la parade afin de faire face au risque financier de la chirurgie esthétique, trop souvent sous-estimé. Sur cet aspect également, leurs méthodes interpellent : la fille, Kayla, a tout simplement décidé d’interrompre ses études à l’âge de 16 ans pour épouser la carrière de danseuse strip-teaseuse dans les bars et clubs de Birmingham. Et d’entamer une liaison pour le moins douteuse avec un homme marié de 50 ans, ce dernier jouant le rôle de mécène pour le financement de ses diverses opérations ainsi que celles de sa mère : pour une somme de plus de 1 000 euros par semaine, quand même !

Ce qui ne semble pas choquer plus que ça cette dernière : « Lorsque Kayla m’a dit qu’elle voulait subir une augmentation mammaire et plusieurs chirurgies, j’étais très contente, car je voulais qu’elle soit ce genre de personne […] Je suis également vraiment chanceuse que ma fille paye mes traitements, et ça ne me dérange aucunement qu’elle doive se déshabiller ou séduire des hommes riches d’âge mûr, tout simplement parce que nous vivons un rêve. Je suis très fière d’elle. » Le débat est donc clos !

Aux dernières nouvelles, Georgina et sa fille Kayla ne semblent pas vouloir mettre un terme à leur frénésie en matière de chirurgie esthétique. Malgré les risques qu’elles font encourir à leur santé (sans parler des résultats esthétiques plus que douteux), les deux Anglaises ne se soucient ni des moqueries ni des critiques à leur égard qui ont envahi les forums du web et la twittosphère. Elles vont par contre dorénavant devoir trouver d’autres sources de financement puisque la femme du généreux mécène a décidé d’interrompre la liaison de son mari avec Kayla !

Faire un commentaire

↑ Remonter