Vous êtes ici » Accueil » Les risques de la chirurgie esthétique » Rajeunir le visage : les effets secondaires du lifting du front
Les risques de la chirurgie esthétique

Rajeunir le visage : les effets secondaires du lifting du front

27 mars 2015

Malgré les effets secondaires laissés par ce type d’intervention, la chirurgie esthétique du front est très répandue. Rajeunir le visage par un lifting du front est en outre loin d’être une opération anodine, d’autant que les résultats escomptés sont rarement au rendez-vous.

Rajeunir le visage par la chirurgie esthétique du front

Les risques du lifting du front

Définition et principes de l’opération

Les principaux objectifs du lifting du front visent à corriger les altérations de la partie haute du visage. Il s’agit de « rafraîchir » et rajeunir un visage fatigué ou d’aspect sévère. L’une des méthodes utilisées consiste à modifier le regard afin de le rendre plus ouvert grâce au repositionnement des sourcils.

Concrètement et plus en détail, le lifting du front a pour objectif :

  • de corriger l’affaissement du front et de repositionner les sourcils tombants,
  • de supprimer les rides horizontales marquées du front en jouant sur le muscle,
  • de corriger les rides du lion entre les sourcils, et de la patte d’oie au coin des yeux.

Le lifting du front est pratiqué aussi bien chez la femme que chez l’homme, en moyenne à partir de l’âge de 40 ans.

Recommandations pré-opératoires

Avant l’opération, le protocole mis en place afin d’éviter au maximum les effets secondaires liés au lifting du front est très strict :

  • deux consultations avec un chirurgien sont obligatoires avant la prise de décision. Elles doivent être espacées d’au moins quinze jours ;
  • une consultation d’anesthésie est également nécessaire et doit être réalisée plusieurs jours avant l’intervention ;
  • la réalisation de photographies médicales est en outre imposée ;
  • l’arrêt strict du tabac est fortement recommandé au moins deux mois avant le lifting du front, ceci dans le but de réduire les risques de nécrose cutanée.
  • l’arrêt des différents traitements et médicaments tels que l’aspirine, les anti-inflammatoires et autres anti-coagulants oraux est obligatoire dans les 15 jours qui précèdent l’opération. L’objectif est ici de minimiser le risque hémorragique.

Il est à noter que deux types d’anesthésie peuvent être proposés lors d’un lifting du front :

  • l’anesthésie locale : elle est accompagnée par des tranquillisants administrés par voie intraveineuse. L’hospitalisation peut alors s’effectuer en ambulatoire ;
  • l’anesthésie générale classique : elle est la plus répandue et comporte les risques potentiels inhérents à cette forme d’intervention chirurgicale.

Risques et effets secondaires du lifting du front

Deux méthodes pour rajeunir le visage

Après une opération de chirurgie esthétique du visage consistant en un lifting du front, les effets secondaires sont très fréquents. Rajeunir le visage d’une manière artificielle n’est donc pas sans risque.

Lors d’un lifting frontal classique, un excès de peau est retiré au niveau du front. Les cicatrices laissées par l’opération sont dissimulées dans les cheveux et vont d’une oreille à l’autre.

Le lifting du front endoscopique est le plus répandu. Il est réalisé à l’aide d’une caméra introduite par une petite incision. Par une autre petite incision, le chirurgien introduit des instruments chirurgicaux afin de corriger les défauts du front et des sourcils.

Cette intervention est réalisée uniquement quand l’affaiblissement des muscles est nécessaire afin de corriger les rides ou de remonter modérément les sourcils.

Elle permet théoriquement de retendre en partie les paupières supérieures mais n’épargne cependant pas la nécessité de recourir par la suite une autre intervention chirurgicale : une blépharoplastie est alors proposée au patient dans le cas ou les paupières présentent un important excès de peau.

Mais la technique n’est forcément au point car, outre le recours à la blépharoplastie, d’autres traitements sont souvent prescrits afin de traiter les résultats imparfaits et les rides résiduelles toujours présentes après un lifting du front.

La nécessité de recourir à l’injection de toxine botulique ou de procéder au comblement des petites crevasses à l’aide d’acide hyaluronique n’est pas rare… Quand il ne faut pas en plus redessiner l’ovale du visage en retirant les excès de peau par un lifting cervico-facial…
Rajeunir le visage, d’accord, mais à quel prix ?

Lifting du front : les effets secondaires

Après un lifting du front, les principaux effets secondaires à long terme concernent l’apparition de cicatrices, plus ou moins étendues selon le type de lifting.

Directement après l’intervention sont également observés :

  • un certain inconfort avec une sensation de tension du front, des tempes et des paupières ;
  • des œdèmes et des ecchymoses ;
  • une insensibilité du front ainsi que des démangeaisons du crâne sensées disparaître progressivement.

Les stigmates du lifting du front ne s’atténuent que très progressivement. L’état de fatigue engendré nécessite un repos total de quinze jours au minimum. Un délai variant de 3 à 6 mois est enfin nécessaire pour apprécier le résultat définitif.

De graves complications peuvent également surgir, même si elles sont assez rares :

  • apparition de gros hématomes nécessitant parfois une évacuation par chirurgie ;
  • infections mal maîtrisées ;
  • anomalies de cicatrisation entraînant des nécroses cutanées ou des alopécies localisées provocant la chute des cheveux ;
  • lésions nerveuses provoquant une certaine insensibilité et des démangeaisons du front ou du cuir chevelu ;
  • paralysie de la branche frontale motrice.
Rajeunir le visage par le lifting du front comporte des effets secondaires non maîtrisés. Les imperfections du résultat sont également nombreuses et le processus de vieillissement n’est pas stoppé par l’intervention… De quoi envisager sérieusement les méthodes de lifting naturelles qui sont désormais scientifiquement prouvées.

Faire un commentaire

↑ Remonter